Doit-on Réciter derrière l’Imam durant une prière ?

Celui qui prie peut :
a) prier seul,
b) guider les autres, ou
c) prier derrière quelqu’un.

Les paroles durant la prière sont :

a) Les Takbirs, les dhikrs, et les dou’as;
b) la récitation du Coran

Quand celui qui prie est seul ou qu’il guide les autres, il prononce les deux. Quand il prie derrière quelqu’un, il récite tous les takbirs, les dhikrs et les dou’as de la prière. Toutefois, lorsqu’il est guidé par l’imam, il ne récite rien du Coran [pas même la Fatiha].

L’Imam Tumurtashi explique dans son ouvrage Tanwir al-Absar : « Ceux qui suivent l’imam en prière ne récitent rien du Coran, et ce dans toutes les prières. S’ils le font, cela est très fortement déconseillé (makruh tahriman). Le mieux c’est qu’ils ne récitent rien et qu’ils écoutent. »

Les Imams Haskafi et Ibn Abidin confirment cela dans leurs travaux sur le Tanwir. [Haskafi/Ibn Abidin, Radd al-Muhtar `ala al-Durr al-Mukhtar Sharh Tanwir al-Absar, 1.366]

Cela est aussi confirmé par les principaux commentateurs de Al Hidaya, et parmi eux l’Imam moujtahid, Kamal ibn al-Humam, sans aucun doute le plus brillant des savants de l’école Hanafite postérieure. Ce qu’a dit Kamal ibn al-Humam a été soutenu avant lui par les auteurs de tous les textes majeurs de l’école, dont Al-Quduri, Kanz al-Daqa’iq, al-Mukhtar, et al-Wiqaya, ainsi que les principaux commentaires de l’école, et les références majeures dans la fatwa …

Notre cher professeur, Shaykh Abdurrahman ibn Yusuf a largement exposé les preuves de cette règle dans son traité en anglais sur les preuves de l’école Hanafite dans les actes d’adorations, « Fiqh al-Imam ». C’est un traité qui entre dans sa troisième édition, et qui est d’un grand bénéfice pour tous les Hanafites. Ce qui suit en est un bref extrait :

L’Imam Abu Hanifa, l’Imam Abu Yusuf et l’Imam Muhammad sont unanimes quant à leur opinion sur ce sujet. Ils affirment qu’il est interdit a celui qui suit l’Imam de réciter quoi que ce soit du Saint Coran, même la Sourate Al Fatiha ou tout autre verset, que ce soit des prières silencieuses ou à voix haute. Tout ce qui est rapporté de l’Imam Muhammad affirmant qu’il est préférable a celui qui suit l’Imam de réciter dans les prières à voix basse est basé sur une transmission faible. Ibn al-Humam a qualifié ceci comme une fausse attribution a l’Imam Muhammad. Il déclare : « La vérité est que l’opinion de l’Imam Muhammad est la même que celle de l’Imam Abu Hanifa et de l’Imam Abu Yusuf. L’imam Muhammad a clairement démontré que son opinion est la même que celle de l’Imam Abu Hanifa et de l’Imam Abu Yusuf dans ses livres Al Muwatta et Kitab al-athar. » [Fath al-Mulhim 2:20].

1. Allah ta’ala dit dans le Coran : « Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l´oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d´Allah) » [Coran 7:204]

Ce verset est une preuve suffisante qu’aucune récitation ne doit être entamée par celui qui suit l’Imam et il rend obligatoire le fait de rester silencieux pour lui et d’écouter attentivement pendant la récitation de l’Imam.

Ibn Qudama écrit dans son livre al-Mughni : D’après Abu Dawoud, l’Imam Ahmad a déclaré : « Il y a unanimité concernant le fait que ce verset a été révélé à propos de la prière. » [al-Mughni 1:601]

Ibn Jarir et Ibn Abi Hatim dans leurs commentaires (tafasir), et l’Imam Bayhaqi dans son [ref. manquante] ont rapporté un hadith de Mujahid, « Ce verset a été révélé à propos de certains compagnons du Prophète qui récitaient derrière l’Imam »

2. Abu Sa’id al-Khudri rapporte : « Le Messager d’Allah (qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix) a prononcé un sermon dans lequel il décrivit notre Voie [sunna] et dans lequel Il nous a enseigné notre prière. Il (saw) nous dit : Quand vous vous préparez pour la prière, alignez vos rangs, puis que l’un d’entre vous (devienne l’imam et qu’il) guide les autres pour la prière. Quand il prononce le takbir, prononcez le aussi, quand il récite demeurez silencieux, et quand il atteint « Ghayri l-maghdhubi ‘alayhim wala l-dallin » dites amin, et Allah vous exaucera (votre prière) » [Sahih Muslim 1:174]

3. Abu Hurayra rapporte que le Messager d’Allah (qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix) dit : « L’imam a été désigné pour être suivi. Quand il prononce le takbir vous le faite aussi, quand il récite vous demeurez silencieux, et quand il dit « Sami’ allahu liman hamidah » dites Rabbana laka l-hamd. » [Sunan Abi Dawud 1:96, Sunan al-Nasa’i 46]

Le grand érudit Badr Din Al ‘Ayni écrit dans ‘Umadat al-qari, son commentaire du Sahih al-Bukhari, qu’environ 80 compagnons étaient de l’avis que celui qui suit ne doit pas réciter derrière l’imam. Certains d’entre eux furent très stricts dans l’application et la mise en pratique de ce point de vue. Une partie de leurs avis et commentaires sont mentionnés ci-dessous afin de souligner le poids de cette opinion :

1. ‘Ata ibn Yasir a questionné Zayd ibn Thabit quand à la récitation derrière l’imam. Il répondit : « Il n’y a pas de récitation derrière l’imam. » [Sahih Muslim 1:215]

2. Malik rapporte de Nafi’ qu’on a demandé à ‘Abdullah ibn ‘Umar si quoi que ce soit devait être récité derrière l’imam. Il répondit : « Chaque fois que l’un d’entre vous fait sa prière derrière l’imam, la récitation de l’imam lui est suffisante, mais quand il prie seul, il récite pour lui. » Le narrateur rapporte que ‘Abdullah ibn ‘Umar ne récitait pas derrière l’imam. [Muwatta Imam Malik 51, I’la’ al-sunan 4:76]

3. Ubaydullah ibn Muqsim rapporte qu’il questionna ‘Abdullah ibn ‘Umar, Zayd ibn Thabit et Jabir ibn ‘Abdullah [concernant cette question]. Ils lui répondirent qu’il ne devrait pas y avoir de récitation derrière l’imam, dans aucune prière.[Athar al-sunan 1:116, I’la’ al-sunan 4:81] [de Sh. Abdurrahman ibn Yusuf, Fiqh al-Imam (3 ème ed, bientôt en impression)]

Je terminerai avec ce que dit le grand savant Ibn Abidin dans son Sharh Uqud Rasm al-Mufti : « Comprendre les preuves (dalil) n’est réellement possible que pour quelqu’un ayant atteint le niveau de l’ijtihad, car cela nécessite de savoir que la preuve n’a rien qui la contredit. Ceci implique d’avoir une vision complète des sources primaires, chose seulement possible pour un mujtahid. Par conséquent, savoir comment un mujtahid a donné et déduit une règle à partir d’un ensemble de preuves données, n’a que peu d’intérêt… » (Sharh Uqud Rasm al-Mufti, tiré des Rasa’il Ibn Abidin, 1: 30)

Et c’est Allah seul qui donne le succès.

Wassalam,

Shaikh Faraz Rabbani