Al Muftî Muhammad Ibn Âdam Al Kawtharî Al Hanafî (qu’Allâh le bénisse) a dit :

Il existe différentes raisons pour lesquelles une femme peut demander l’annulation de son mariage [dans le cas où, de son côté, le mari refuse de divorcer] :

I. Ce qui suit sont les raisons pour lesquelles la femme peut demander le divorce de son mari auprès d’un tribunal d’un pays islamique ou en l’absence d’une Cour islamique (comme dans les pays occidentaux), d’un comité de quelques personnes religieuses qui se compose d’au moins un spécialiste du droit islamique :

  • L’incapacité ou le refus du mari d’entretenir financièrement sa femme (même si elle se trouve être riche, cela relevant encore de l’entière responsabilité du mari).
  • Abus et mauvais traitements de la femme (qui comprend le fait de la battre et de l’insulter, de la maudire et de la forcer à faire le mal).
  • L’impuissance sexuelle ou toute autre maladie qui empêche le mari de remplir les besoins sexuels de la femme (en reconnaissance des besoins naturels légitimes de la femme).
  • Une maladie incurable provoquant une répulsion [légitime] vis-à-vis du mari, comme la lèpre (ou comme le sida selon les savants contemporains). [1]
  • La folie chez le mari. [2]
  • L’absence prolongée ou la désertion du mari. [3]
  • Tromperie du mari et dissimulation d’informations à son sujet au moment du mariage.
  • Lorsque la relation de couple se détériore fortemment, amenant de l’inimitié entre les époux et qu’il soit impossible pour eux de vivre une vie paisible.

Ce qui vient d’être cité ci-dessus sont de brefs exemples suite auxquels une femme peut demander le divorce. Il y a certaines règles, règlements et principes en ce qui concerne la procédure, et il faut consulter un spécialiste fiable avant d’entreprendre toute action.

II. Il y a certaines situations où une femme peut obtenir le divorce, même sans l’intervention d’un tribunal islamique :

  • La délégation du droit de divorcer à la femme par le mari après le mariage,
  • Déléguer ce droit au moment de contracter le mariage,
  • Déléguer ce droit avant le mariage et attribuer le mariage à la condition du transfert [de ce droit à l’épouse],
  • La délégation conditionnelle, c’est-à-dire qu’au moment de la signature du contrat de mariage, la femme stipule certaines conditions à son mari dont la violation entraînerait un divorce.

Et il existe certaines règles d’applications pour cela aussi [4]

En conclusion, la sharî’ah donne principalement le droit unilatéral de divorcer au mari. Toutefois, dans certaines conditions, la femme a également le droit de demander l’annulation du mariage. Voici la décision qui a été choisi pour nous par notre Créateur et il est totalement en accord avec la logique, le bon sens et l’amélioration de la société dans son ensemble.

Et Allâh sait mieux ce qu’il en est.

Source : daruliftaa.com.

Notes :

[1] C’est-à-dire que la maladie provoquant de la répulsion n’a pas besoin d’être forcément visible à l’œil nu.

[2] Qu’elle soit permanente et définitive ou bien ponctuelle, car le mari n’ayant plus sa raison ne possède plus la capacité d’assumer ses devoirs de mari, et surtout n’en est plus obligé.