Ce qui rompt le jeûne sans entraîner d’expiation :

Cinquante-sept choses, accomplies délibérément, rompent le jeûne, sans cependant entraîner d’expiation :

  1. Manger un grain de riz cru,
  2. de la pâte à pain [crue],
  3. de la farine ou du sel en grande quantité et en une seule fois,
  4. de l’argile ordinaire (litt : non arménienne – si l’on est pas habitué à en manger),
  5. un noyau,
  6. du coton,
  7. des feuilles,
  8. du coing pas mûr cru,
  9. de la noix fraîche,
  10. un caillou,
  11. du fer,
  12. de la terre,
  13. de la pierre.
  14. Se faire un lavement.
  15. Se mettre des gouttes dans le nez.
  16. Se verser quelque chose [dans la bouche] qui parviendrait à la gorge.
  17. Se mettre des gouttes d’huile ou
  18. d’eau dans les oreilles.
  19. Faire pénétrer un médicament à l’intérieur de la chair ou
  20. du cerveau en soignant une plaie profonde ou une plaie à la tête.
  21. Si une goutte d’eau de pluie ou
  22. de la neige pénètrent dans la gorge, sans qu’on l’ait cherché.
  23. Rompre sans le faire exprès, en avalant de l’eau lorsqu’on rince la bouche [pendant les ablutions].
  24. Rompre son jeûne sous la contrainte, même s’il s’agit d’un rapport sexuel.
  25. Pour une femme, être contrainte à un rapport sexuel.
  26. Toujours pour une femme, rompre par crainte de tomber malade à cause d’un excès de travail, qu’il s’agisse d’une esclave ou d’une femme mariée.
  27. Pour un dormeur, absorber de l’eau par la faute d’une tierce personne.
  28. Manger délibérément après avoir mangé par distraction même si l’on connaît le hadîth.
  29. De même, avoir délibérément un rapport sexuel après en avoir eu un par oubli.
  30. Avoir mangé après avoir fait l’intention de jour et non de nuit.
  31. S’éveiller en tant que voyageur, puis manger après avoir formulé l’intention de redevenir sédentaire.
  32. Partir en voyage après s’être éveillé sédentaire et manger [au cours du voyage].
  33. S’abstenir de manger sans avoir l’intention de jeûner ni de rompre.
  34. Manger le matin ou
  35. avoir un rapport sexuel, tout ayant un doute sur le lever du soleil alors qu’il est bel et bien levé.
  36. Rompre en pensant que le soleil est couché alors qu’il ne l’est pas encore.
  37. Avoir une éjaculation après avoir copulé avec une personne morte,
  38. ou un animal,
  39. ou après s’être frotté le sexe sur la cuisse ou
  40. le ventre de sa partenaire, ou
  41. après un baiser ou
  42. des attouchements.
  43. Invalider une journée de jeûne autre que le Ramadân en cours.
  44. Pour une dame, recevoir les hommages de son époux en étant endormie.
  45. Se mettre des gouttes dans le vagin.
  46. Pour l’homme, introduire son doigt humidifié ou
  47. enduit de pommade dans l’anus,
  48. ou, pour la femme, dans le vagin.
  49. Introduire un coton dans l’anus et l’y faire disparaître,
  50. ou, pour une femme, dans le vagin.
  51. Avaler délibérément de la fumée.
  52. Se faire vomir volontairement au point que les vomissures emplissent la bouche selon Abû Yûssuf [mais non selon l’imâm [Abou Hanifa], bien que ça soit la fatwâ d’Abû Yûssuf qui fasse autorité].
  53. Vomir involontairement si les vomissures emplissent la bouche et que l’on se rappelle que l’on jeûne.
  54. Manger ce qu’il y a entre ses dents et que cela dépasse la grosseur d’un pois chiche.
  55. Faire de jour l’intention de jeûner, après avoir mangé par distraction avant d’avoir formulé l’intention.
  56. Tomber dans le coma, fût-ce un mois entier [si ce n’est que dans ce cas, on n’a pas à rattraper le jour où l’on est tombé dans le coma ; et si cela est arrivé de nuit, le jour précédent n’est bien sûr pas à rattraper].
  57. Sombrer dans la folie sans que cet état ne dure le mois complet ; et il n’y a pas à rattraper les jours [ou les nuits] au cours desquels on s’est réveillé [de sa folie] si le moment de formuler l’intention est dépassé.