al_azhar_mosque_by_mahmoudyakut-d5kdlcl

Selon Sahl Ibn Sa’d, le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) a dit :

« Ô Allah ! Que je n’atteigne pas une époque dans laquelle on ne suivra pas le savant » (Ahmad)

 » Pensez-vous vraiment qu’il suffit que le hadîth soit authentique pour qu’on puisse se précipiter à l’appliquer ? Les Imams Abu Hanifa, Malik, Ash-Shafi`a et Ahmad Ibn Hanbal (qu’Allah soit satisfait d’eux) ont tous dit  » si vous trouvez un hadith authentique c’est mon madhhab, jetez ma parole et appliquez le hadith  » , sauf qu’il faut savoir qu’ils (les Imams des quatre écoles) s’adressent aux savants de leur école qui connaissent parfaitement la méthodologie d’argumentation. Le vrai sens de cette phrase, comme l’a bien expliqué ach-Chaykh `Awwâma – hafidhahu Allâh – c’est:  Ô vous les savants qui maîtrisez notre méthodologie sur laquelle nous déduisons les ahkâm, si vous constatez qu’un hadith nous a échappé selon notre méthodologie alors rattrapez notre travail et appliquez le hadith à la place de notre avis.

Donc cela ne veut absolument pas dire qu’on doit prendre n’importe quel hadith pour l’appliquer à la place de l’avis des savants qui ont bien sûr connu ces hadiths et il est très rare qu’un hadith leur échappe ou échappe à des milliers de savants de leur écoles.

Force est de constater qu’à notre époque, un nombre considérable d’ignorants pensent pouvoir prendre leur fiqh directement à partir des hadith et conforment ainsi leurs adorations selon leurs lectures personnelles du Sahih Al Bukhari, du Sahîh Muslim ou encore du Riyâd Us Sâlihîn. Tout ceci n’est qu’une aberration et un égarement manifeste, ainsi qu’un total irrespect de l’Islam » … [Dawaa95 de Aslama]

Allah (qu’Il soit exalté) n’a-t-Il pourtant pas dit : « Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas ! » [Sourate 16 – Verset 43].

Le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allah soient sur lui) n’a-t-il pas dit : « Celui à qui Allah prédestine le bien, Il fait qu’il approfondit sa science de la religion, la science ne vient que par l’apprentissage et la science des lois par la transmission orale des sciences des lois. » [Al Bukhârî] ?

C’est pourquoi l’Imâm Mujtahid Sufyân Ibn ‘Uyaynah (qu’Allâh lui fasse miséricorde), qui avait fondé son propre Madh-hab, a dit : « Le hadîth est un gouffre sauf pour les juristes (al fuqahâ). » [Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî – Al Jâmi’ Fî As Sunan].

Al Imâm Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) commenta ces propos en disant : « Il entend par là toute personne autre qu’un juriste qui prendrait les textes dans leur sens apparent alors qu’en fait ils doivent être interprétés à la lumière d’un autre hadîth ou d’une autre preuve qui lui reste inconnue ; et il pourrait également s’agir d’une preuve annulée à cause d’une autre l’abrogeant. Et personne ne détient la responsabilité du savoir mise à part ceux qui ont approfondi leur apprentissage et obtenu la science du fiqh. » [Al Jâmi’ Fî As Sunan].

Et l’Imâm ‘Abdu Llâh Ibn Wahb (qu’Allâh lui fasse miséricorde), l’un des disciples de l’Imâm Mâlik (qu’Allâh lui fasse miséricorde), a dit : « Le hadîth est un gouffre hormis pour les savants. Toute personne mémorisant le hadîth n’ayant pas un imâm en fiqh est un égaré, et si Allâh ne nous avait pas secourus par Mâlik et Al Layth, nous aurions tous été des égarés. » [Ibn ‘Abd Il Barr – Al Intiqâ°].

Et l’Imâm ‘Abdu Llâh Ibn Wahb (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a aussi témoigné sur son cas personnel en disant : « Sans Mâlik Ibn Anas et Al Layth Ibn Sa’d j’aurais péri. J’ai toujours cru que tout ce qui était [authentiquement] rapporté comme venant du Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) devait être mis en pratique. » [Ibn Rajab AlHanbalî – Sharhu ‘Ilal At Tirmidhî].

Telle est la vérité. Il faut apprendre auprès des savants qui eux détiennent les connaissances des preuves légitimant les avis de leurs écoles juridiques respectives afin d’être dans la guidée et d’avoir une pratique conforme au Qur’ân et à la Sunnah. Car assurément, chaque Madhab possède sa preuve textuelle pour chaque avis juridique émis. Et que vaut notre propre réflexion sur un verset ou un hadîth face aux réflexions faites par des milliers de savants à travers les siècles ?!

Al Imâm Abû Is-hâq Ash Shâtibî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « La fatwâ du Muftî est vis-à-vis de la masse des musulmans semblable à l’argument (ad dalîl) vis-à-vis du Mujtahid. » [Al Muwâfaqât]

Et Allâh dit : « La vérité  est venue et l’erreur a disparu, car l’erreur est destinée à disparaître ! » [Sourate 17 – Verset 81].

Même Ibnu Taymiyya reconnaît cela dans ses fatâwî  « le haqq est dans les 4 écoles ».
L’imâm Az-Zarkachî a dit :  « il y a consensus que la vérité se trouve dans les 4 écoles. À partir de là, il est interdit d’appliquer ce qui est en dehors des quatre écoles ».

L’imâm Ibnu Rajab Al-Hanbalî a dit :  « l’interdiction de prendre en dehors des 4 écoles est qu’il n’y a que ces 4 écoles qui ont été reconnues, répandues et travaillées, et prendre des avis en dehors de ces écoles induit en erreur car l’avis isolé non travaillé peut être mal compris, délaissé ou faible, etc. Et il n’y a pas de savant qui défend ces avis isolés et délaissés. Par contre, les avis des 4 imâms sont vérifiés et bien contrôlés »

Al Imâm ‘Abdu Llâh Ibn Al Hâjj Ibrâhîm (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Le consensus des savants d’aujourd’hui est de dire qu’il y a 4 écoles de pensées, et je réfère aux écoles de Mâlik (qu’Allâh lui fasse miséricorde), Abû Hanîfah (qu’Allâh lui fasse miséricorde), Ash Shâfi’î (qu’Allâh lui fasse miséricorde) et Ahmad [Ibn Hanbal] (qu’Allâh lui fasse miséricorde). En effet, la totalité des savants ont interdit de suivre toute autre école d’un Mujtahîd Mutlaq indépendant depuis le 8ème siècle quand l’école de Dâwud Az Zâhirî s’est éteinte, et ce jusqu’au 12ème siècle et les siècle suivants. » [Nashr Ul Bunnûd].

Et Al Imâm Muhammad Al ‘Illîsh (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Il n’est pas permis à une personne du commun d’arrêter de suivre les 4 Imâms et de prendre directement depuis les sources textuelles du Qur’ân et des hâdîth pour la simple et bonne raison que cela implique de nombreuses conditions explicitées dans les livres de usûl. De plus, ces conditions sont rarement atteintes par les grands savants, particulièrement en cette époque ou l’Islam est devenu un exilé tout comme il a commencé exilé. » [Fath Ul ‘Alî Al Mâlik].

Telle est donc la voie à suivre pour quiconque souhaite cheminer dans un cadre pur basé sur le Qur’an et la Sunna, et loin de toute déviance. Et qu’Allah nous préserve de l’égarement des hérétiques ennemis des quatre écoles.

Allahumma Amin.


Sources :

http://www.aslama.com/forums/

http://www.at-tawhid.net/