Impôt sur les biens commerciaux :

Cet impôt porte sur toute marchandise acquise en vue de faire du négoce,  qu’il s’agisse de bétail au prés, de récoltes de fruits, [ou de biens immobiliers]. Les biens commerciaux doivent être évalués à la fin de chaque année]. Lorsque la valeur de ses biens atteint le nisab de l’or ou de l’argent, il faut verser 2.5 % de leur valeur au titre de la zakât.

C’est l’intérêt des pauvres qui doit être pris en considération lors de l’estimation : ainsi, si le montant imposable calculé sur la base de l’argent est atteint, alors qu’il ne l’est pas en calculant sur celle de l’or, c’est celle qui avantagera le plus les pauvres qui sera retenue, celle de l’argent en l’occurrence. Et si le montant imposable est atteint dans les deux cas, c’est encore le plus avantageux qui sera retenue.