La distribution de l’aumône légale :

Il y a 8 catégories de personnes auxquelles l’aumône légale peut être distribuée : Elles sont mentionnées par Allah : ” Les aumônes sont exclusivement destinées aux pauvres, aux indigents, aux collecteurs, à ceux dont on cherche à gagner les cœurs, à l’affranchissement des esclaves, aux endettés, à ceux qui combattent pour la cause de Dieu et au voyageur”. (Coran 9,60).

Sous 2 conditions cependant :

  1. Qu’ils soient musulmans.
  2. Qu’ils ne soient pas des ascendants ni des descendants en ligne direct [parents, grands parents, enfants, petits enfants] de celui qui s’acquitte de l’aumône légale, et qu’il ne s’agisse pas non plus de ses épouses ni de ceux qui sont à sa charge.

L’aumône légale peut être versé à une seule de ces catégories.

Définition des différentes catégories énoncées ci-dessus :

  1. Le pauvre : Toute personne ne possédant pas le montant imposable (nisab)
  2. L’indigent : Toute personne ne possédant rien ; son état est plus critique que celui du pauvre.
  3. Le collecteur [de la zakât] : Celui qui collecte l’aumône sur ordre de l’Imam ou de l’autorité.
  4. Ceux dont on cherche à gagner les cœurs : Ceux sont les tribus ou les peuples auxquelles le Prophète (saw) versait une partie de la Zakât afin de les gagner à l’islam, ou afin de les y maintenir ou encore qu’ils convainquent leur tribu d’y adhérer.
  5. L’affranchissement d’un esclave : Un esclave pouvait en accord avec son maître, s’engager à verser une certaine somme pour son affranchissement. L’islam offrait donc à l’esclave l’opportunité de s’affranchir de l’esclavage, en lui attribuant une part de l’aumône légale
  6. L’endetté : Toute personne ayant des dettes qui ne possède par le montant imposable et qui se trouve dans l’impossibilité [même temporaire] de les régler.
  7. Pour la cause de Dieu : Il s’agit des armées équipées par l’Imam en vue de la guerre afin de rependre la parole de Dieu.
  8. Le voyageur : Le voyageur qui est totalement démuni est qui est dans l’impossibilité de retourner chez lui pour rentrer en possession de ses biens et rejoindre sa famille. Le voyageur a droit à l’argent de l’aumône légale même si, dans son pays, il dispose de biens importants.

Il est possible de distribuer la Zakât à l’ensemble de ces catégories ou à une seule d’entre elles, le mieux étant de toute façon de donner à ses plus proches parents, puis à ses voisins, puis aux gens de son quartier, puis à ses compagnons de travail, puis aux gens de son pays. Et il est aussi déconseillé de transporter la Zakât en dehors de son pays sans raisons valables, comme cela peut être le cas lorsqu’on l’envoie à des parents ou que les gens du pays voisins connaissent davantage de difficultés que le nôtre. Il n’est pas permis d’attribuer l’aumône légale à la construction d’une mosquée, ni de s’en servir pour faire le pèlerinage, ni de la donner pour enterrer un mort, se faire rembourser une dette ni acheter un esclave en vue de l’affranchir. Elle n’est pas destiné non plus à ses ascendants, ni à ses descendants, ni à son épouse, ni à un riche. L’aumône légale n’est pas un argent destinée à un usage d’intérêt public. Et cela parce que l’aumône légale n’est pas destinée à un usage d’intérêt public et que sa distribution est déterminée par la Loi, comme nous venons de le voir.