La retraite (spirituelle) :

Définition de la retraite : Il s’agit de demeurer dans une mosquée dans laquelle les cinq prières sont accomplies en commun, avec l’intention d’y faire une retraite. La retraite n’est pas possible dans une mosquée où les prières ne sont pas accomplies en commun.
La retraite de la femme se fait chez elle, dans l’endroit dont elle a fait d’ordinaire son lieu de prière.

Les différentes sortes de retraites :

La retraite se divise en trois catégories :

  • Obligatoire (wâjib) quand elle est consécutive à un vœu.
  • Fortement recommandée (sunna), à caractère collectif (kifâya) pendant les six derniers jours de Ramadân.
  • Conseillée : Dans les autres cas.

Le jeûne n’est une condition de validité que pour la retraite consécutive à un vœu.

La durée minimale pour les retraite surérogatoire n’est pas limitée ni définie ; ainsi, le simple fait de traverser la mosquée avec l’intention voulue peut être considéré comme une retraite.

Celui qui est en retraite ne doit pas sortir, sauf pour accomplir des obligations religieuse telles que la prière du vendredi, ou pour soulager ses besoins naturels ou par nécessité : si la mosquée est détruite, ou pour en faire sortir de force un oppresseur et que les gens se soient éparpillés, lorsqu’il craint pour sa vie ou pour ses biens les méfaits de bandits. Il peut continuer sa retraite à conditions d’entrer immédiatement dans une autre mosquée.

S’il sort de la mosquée plus d’une heure sans excuse valable, la retraite à caractère obligatoire est invalidée et les autres catégories de retraite s’achèvent ainsi.

Celui qui est en retraite peut manger, boire, dormir dans la mosquée, et même, si besoin est, acheter quelque chose pour lui-même ou sa famille.

Les actes déconseillés à celui qui est en retraite :

Il est déconseillé d’amener des marchandises dans la mosquée, d’y conclure des contrats de vente et de se taire en croyant qu’il s’agit d’une œuvre pie.
Les actes interdits à celui qui est en retraite :
Les rapports sexuels et tous leurs préliminaires sont interdits.
La retraite est invalidée par un rapport sexuel ou une éjaculation provoquée par des regards ou des attouchements (dawâ^îhi).

Si quelqu’un à l’ intention de faire une retraite de plusieurs jours, on doit y inclure les nuits qui leur succèdent. De même, si quelqu’un fait le vœu de faire une retraite pendant plusieurs nuits consécutives, il doit y joindre les journées qui leur correspondent ; cela est également vrai même si le vœu est de se retirer plusieurs nuits non successives.

Faire le vœu d’une retraite de deux jours successifs entraîne également les deux nuits qui leur correspondent. L’intention de faire une retraite de jour uniquement est valable, mais non celle de faire une retraite de nuit seulement.

Vouloir faire une retraite d’un mois en précisant un mois déterminé, ou une retraite pendant des nuits déterminées, n’est valable [dans le premier cas] que si l’on en excepte les nuits.

La retraite est une pratique mentionnée par le Coran et la Sunna. Elle fait partie des œuvres les plus nobles lorsqu’elle est accomplie exclusivement en vue de Dieu. Un de ses mérites est de libérer le coeur des affaires de ce monde et de s’en remettre au Souverain (ou : de soumettre l’âme à son Souverain), tout en Lui rendant un culte continu dans Sa demeure et de se mettre sous Sa Protection.

Selon Atâ`, l’homme en retraite est comparable à celui qui, demeurant à la porte d’un souverain puissant pour en obtenir quelque chose, lui dirait : « Je ne quitterai pas ce lieu tant que tu ne m’auras pas pardonné ».