Qu’est ce que l’aumône ?

D’un point de vue juridique cela consiste à donner une partie déterminée de ses biens, calculée selon la loi, à un musulman pauvre qui n’est pas descendant du Prophète (saw) ni un affidé de la famille hashémite.

Pour qui ?

L’aumône légale est obligatoire pour toute personne qui remplie ces cinq conditions :

  1. Etre musulman
  2. Etre libre
  3. Etre pubère
  4. Etre doué de raison
  5. Posséder le minimum requis [pour être tenu de payer la zakât] que ce soit en bétail, récoltes, espèces ou leur équivalent en biens commerciaux.

Conditions pour être imposable :

Le montant imposable (nisab) doit être en possession du propriétaire une année entière. Cette somme se calcule une fois les dettes éventuelles déduites et elle est en sus des besoins vitaux de l’épargnant (argent du ménage, par exemple). De plus, elle est susceptible de fructifier, fût-ce de manière potentielle.

Condition de validité :

L’intention est faite au moment de donner au pauvre ou lorsqu’on la prélève sur des biens pour être mise à part [en vue d’être payé ultérieurement]. Celui qui reçoit l’aumône légale n’est pas tenu de savoir [qu’il s’agit de l’aumône légale]. Il est également permis de payer la Zakât avant l’échéance d’une année révolue, de même qu’il est permis de la payer en espèce plutôt qu’en nature (s’il s’agit de récoltes par exemple).

L’aumône légale est redevable sur 5 espèces de biens :

  1. La monnaie, or ou argent [Cela est bien entendu vrai de nos jours du papier monnaie].
  2. Le bétail, tel que chameaux, bovins, ovins, ainsi que les chevaux selon Abu Hanifa.
  3. Les biens à usages commerciaux
  4. Les récoltes, tels les fruits, les légumes, etc.
  5. Les trésors, c’est à dire tous les biens que l’on extrait de terre.