Les obligations mineure (wajibat) de la prière :

  1. Lire la fâtiha [en son intégralité].
  2. Ajouter une sourate ou trois versets dans deux des rak’a [pas nécessairement les deux premières] des prières obligatoires et dans toutes les rak’a des prières surérogatoires et du witr.
  3. Lire obligatoirement du Qûr’ân dans les deux premières rak’a.
  4. Lire la fâtiha avant la sourate.
  5. Mettre le nez et le front dans la prosternation.
  6. Ne pas négliger la deuxième prosternation dans toutes les rak’a avant de se relever pour une nouvelle rak’a.
  7. Accomplir les diverses stations de la prière sans précipitation (itmi’nân).
  8. La première station assise.
  9. La lecture de la profession de foi pendant cette première station.
  10. La lecture de la profession de foi dans la dernière station assise.
  11. Se relever pour accomplir la troisième rak’a sans marquer de temps d’arrêt après la profession de foi.
  12. La prononciation du mot “salam” dans “as salamou aleykoum” de la salutation finale, le mot “aleykoum” n’étant pas classé dans les obligations.
  13. L’invocation (qunût) à faire pendant la prière du witr.
  14. Prononcer [plusieurs fois supplémentaires] la formule “Allâhou akbar” lors des deux  prières des (deux) fêtes (‘îd).
  15. Ainsi qu’au commencement de toute prière.
  16. Prononcer la formule “Allâhou akbar” avant de s’incliner au cours de la deuxième rak’a de la prière des fêtes.
  17. Lire à voix haute pour l’imâm les prières du fajr, les deux premières rak’a du maghrîb et du ‘ishâ, la prière du vendredi, les prières des fêtes et des tarâwîh, ainsi que le witr pendant le mois de ramadân.
  18. Lire à voix basse la prière du dhuhr et celle du ‘asr ainsi que les rak’a postérieures aux deux premières rak’a du maghrîb et du ‘ishâ et les prières surérogatoires diurnes. Celui qui prie seul a le choix entre lire à voix haute ou à voix basse les prières telles que le maghrîb, le fajr ou le ‘isha ; il en va de même pour les prières surérogatoires nocturnes.

Si le fidèle omet la lecture d’une sourate dans les deux premières rak’a du ‘ishâ, il peut la lire dans les deux dernières avec la fâtiha à voix haute; mais s’il omet la fâtiha [dans les deux premières], il ne la reportera pas dans les deux dernières rak’a.