Il s’agit de Shaykh-ul-Islam Abu Mansur Muhammad ibn Muhammad ibn Mahmud al-Maturidi al-Samarqandi al-Hanafi (852-945), l’Imam de la guidance, le protecteur de la Sunna, le transmetteur de la croyance de l’Imam Abu Hanifa (qu’Allah soit satisfait de lui), plus connu sous le nom de Abul Mansûr Al Mâturîdî (qu’Allah soit satisfait de lui).

Ash-Shaykh Jibril Al Haddad (ra) a dit de lui :

« Il est l’un des deux célèbres Imams parmi les mutakallimîn des Ahl As Sunna, connu à son époque comme étant Al Imam Al Huda (l’Imam de la guidance). Il étudia auprès de Abu Nasr Al ‘Iyadi et Abu Bakr Ahmad Al Jawzajani. ‘Ali Ibn Sa’id Abul Hasan Ar Rustughfani, Abu Muhammad ‘Abd Ul Karîm Ibn Musa Ibn ‘Isa Al Bazdawi et Abul Qasim Is-haq Ibn Muhammad Al Hakim As Samarqandi figurent parmi ses plus grands disciples. Il excella dans la réfutation des mu’tazilites de Transoxiane tout comme son contemporain Abul Hasan Al Ash’arî fit à Basra et à Baghdâd (en Irak). Il mourut à Samarqand (Ouzbekistan) où il vécut tout au long de sa vie.

Le fondateur de la maison d’édition égyptienne Muniriyyah Salafiyyah écrivit : « Il n’y a pas vraiment de différence doctrinale entre les Ash’arites et les Mâturîdites, c’est ainsi que ces deux groupes sont appelés Ahl As Sunna Wal Jama’a. »

Al Imâm Al Mâturîdî surpassa l’Imâm At Tahâwî en tant que transmetteur et commentateur de l’héritage de l’Imam Al A’tham Abu Hanifa dans le domaine du Kalam. 

L’Imam Al Mâturidi (qu’Allah l’agrée) naquit aux alentours de l’an 238 de l’Hégire à Mâturîd, un village situé à côté de Samarqand, la grande cité de la science de l’Asie Centrale, alors sous le règne des Samanides.

A cette époque, la région connaissait un essor des courants innovateurs hérétiques tels que le shi’isme, le mu’tazilisme et à une moindre mesure, l’anthropomorphisme. Suite au succès de toutes ces sectes dans la région, aussi bien auprès des gens du commun que chez certaines personnes du gouvernement, les Sunnites de la région – représentés par les Hanafites – se liguèrent afin de contrer la propagande des innovateurs et de rétablir la suprématie de la Sunna auprès des Musulmans.

C’est dans cette atmosphère que l’Imam Abul Mansur Al Mâturîdî (qu’Allah l’agrée) grandit et apprit notamment le Qur’ân, la jurisprudence hanafite, la langue arabe, la théologie et les fondements de la religion, puis qu’il se lança dans l’étude du Kalâm jusqu’à maîtriser complètement ce domaine.

Une fois l’Imam Al Mâturidi armé face aux divers courants hérétiques, il multiplia les débats théologiques face aux plus grands chefs des innovateurs, des prêtres et des mages, et écrasa leurs allégations une à une. En parallèle, il édifia un Madh-hab de théologie avec une méthodologie proche de celle des Ash’arites qui eut un grand succès auprès des Hanafites de toutes les époques jusqu’à aujourd’hui. C’est ainsi que son Madh-hab et celui de l’Imâm Al Ash’arî (qu’Allâh l’agrée) devinrent les grands représentants de la théologie sunnite, raison pour laquelle le Muftî de La Mecque bénie Ahmad Ibn Hajar Al Haytamî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit : 

« Quand nous employons le terme Ahl Us sunnah wal Jamâ’ah, cela désigne les Ash’arites et les Mâturîdites. »

Il étudia auprès des plus grand savants Hanafites de son temps :

  • Shaykh Abu Nasr Ahmad al-Ayyadi al-Faqih al-Samarqandi,
  • Shaykh Abu Bakr Ahmad b. Ishaq b. Salih al-Juzajani,
  • Shaykh Nusair b. Yahya al-Balkhi (d. 268/881)
  • Shaykh Muhammad b. Muqatil al-Razi (d. 248/862)

Les trois premiers d’entre eux n’étaient autre que les élèves de Abu Suleyman Jawzajani, l’élève de Muhammad Ibn Al Hassan Al Shaibani et Abu Yusûf, les célèbres disciples de l’Imam Abu Hanifa. Le quatrième est quant à lui un élève direct de Muhammad Ibn Al Hassan (qu’Allah leur fasse tous miséricorde).

Al Imâm Abul Mansûr Al Mâturîdî (qu’Allâh l’agrée) écrivit également de nombreux ouvrages dont le plus célèbre est le Kitâb Ut Tawhîd qui est une perle précieuse exposant la doctrine des Ahl Us Sunnah wal Jamâ’ah de manière claire et précise.

Il écrivit également :

  • Raddu Awâ‘il Il Adilla (réfutation du Mu’tazilisme) ;
  • Radd Ut Tahdhib fil Jadal ;
  • Ta‘wîlât Ul Qur‘ân ;
  • Bayânu Awhâm Il Mu’tazilah ;
  • Kitâb Ul Maqâlât ;
  • Ma‘akhidh Ush Sharâ‘i’ In ‘Usûl Il Fiqh ;
  • Al Jadal fil ‘Usûl Il Fiqh ;
  • Radd Ul ‘Usûl Il Khamsah ;
  • Radd Ul Imâmah (réfutation du sh’isme et du Imamat) ;
  • Ar Raddu ‘Alâ ‘Usûl Il Qarâmitah ;
  • Raddu Wa’îd Ul Fussaq ;

Et comme exprimé plus haut, depuis l’édification du Madh-hab Mâturîdite par l’Imâm Abul Mansûr Al Mâturîdî (qu’Allâh l’agrée) et ses disciples directs, la plupart des adeptes suivant ce Madh-hab sont des Hanafites, une importante minorité étant Ash’arite. En dehors de ces derniers, il est rare de trouver un adepte du Madh-hab Mâturîdite. Ceci s’explique notamment par la situation géographique où apparut ce Madh-hab qui, contrairement au Madh-hab Ash’arite, apparut aux confins du Monde Musulman, aux frontières Nord-Est et Est pour être plus précis, tandis que le Madh-hab Ash’arite était apparut en Irak, région où se trouvait la capitale du Califat et où les Mâlikites et les Shâfi’ites formaient la présence sunnite majoritaire, tout comme ils l’étaient dans la plupart des régions du Monde Musulman comme Al Haramayn, le Shâm, le Yémen, la Perse, l’Égypte, Al Andalous ou encore l’Ouest de l’Afrique.

C’est ainsi que l’Imâm Hanafite Ash’arite Muhammad Uz Zâhid Al Kawtharî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Ainsi, tous les Mâlikites, les trois quarts des Shâfi’ites, un tiers des Hanafites, et une partie des Hanbalites ont suivi cette approche (ash’arite) en ce qui concerne la théologie, depuis l’époque d’Al Bâqillânî, tandis que les deux tiers des Hanafites suivaient l’approche mâturîdîte dans les demeures qui sont au delà du fleuve, les terres de la Turquie, de l’Afghanistan, de l’Inde, de la Chine, et de tout ce qui est au delà, excepté ceux d’entre eux qui tendaient vers le mu’tazilisme (al i’tizal), comme cela a également été le cas de certains Shâfi’ites. » [Introduction du Tabyîn Kadhib Il Muftarî du Hâfiz Abul Qâsim Ibn ‘Asâkir].

C’est après une vie consacrée à la défense et à la propagation de la Voie des Ahl Us Sunnah wal Jamâ’ah que l’Imâm Abul Mansûr Al Mâturîdî (qu’Allâh l’agrée) fut rappelé par son Seigneur (qu’Il soit exalté) à Samarqand, en l’an 333 de l’Hégire, laissant derrière lui un immense héritage et une région entière apaisée et armée scientifiquement contre les diverses sectes et religions qui cherchaient à s’y établir. Et le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) a dit: « Quiconque soulage un croyant d’une des situations affligeantes de ce monde, Allâh le soulagera de l’une des situations affligeantes le Jour de la Résurrection. Quiconque rend les choses faciles à quelqu’une en difficulté, Allâh lui rend les choses faciles dans ce monde et dans l’autre. Quiconque couvre un musulman, Allâh le couvre dans ce bas-monde et dans l’autre. Allâh aide son serviteur tant que celui-ci aide son frère […] » [Muslim] ; et certes, les enseignements de l’Imâm Al Mâturîdî sont une aide continuelle pour les Sunnites de tout bords.

Ô Allah, répand Ta Miséricorde et Tes Bénédictions sur l’Imâm Abul Mansûr Al Mâturîdî et ceux qui l’ont suivis, préserve les rangs des Ahl Us Sunnah wal Jamâ’ah et donne nous la victoire sur toute doctrine contraire à la Tienne et celle de Ton Messager (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui)

Allâhumma Âmîn.


Sources :

http://www.at-tawhid.net/article-abul-mansur-al-maturidi-as-samarqandi-al-hanafi-m-333-84786257.html

http://www.deenulhaqq.org/history/162-biographies/501-imam-maturidi