Le statut d’imam est supérieur à celui de muezzin et la prière en commun est une sunna [mua’akkada] pour les hommes libres et qui n’en sont pas dispensés [pour une raison valable].

Condition de validité de l’Imama :

  1. Etre musulman
  2. Etre pubère
  3. Etre doué de raison
  4. Etre mâle
  5. Connaître les règles de lecture
  6. Etre exempt de certains défauts corporels ou autres, tel que l’écoulement de sang, dyslexie, bégaiement, etc. et enfin remplir les conditions requises pour effectuer la prière telles qu’être en état de pureté et être couvert.

Conditions de validité pour suivre un Imam :

  1. Formuler, pour celui qui qui désire suivre l’imam, l’intention de le suivre au moment d’entrée en prière [c’est à dire au moment de prononcer la tahrima].
  2. L’intention de l’Imam de prier en tant qu’Imam [d’un groupe de femme] est indispensable pour la validité de la prière de celle-ci lorsqu’elles le suivent.
  3. L’Imam doit être devant ce qui le suivent d’un talon [au moins] et
  4. Ne va pas être d’une condition inférieure à celui qui le suit (c’est à dire moins savant, moins pieux, moins âgés, ou encore prier une sunna devant quelqu’un qui prie une fard).
  5. La personne qui prie derrière un Imam ne peut prier une autre prière obligatoire que celle de celui-ci
  6. Un sédentaire ne peut être Imam pour un voyageur une fois [le début] du temps de la prière [en commun] passée pour les prières de 4 rak’a.
  7. L’Imam ne saurait être un masbuq [le masbuq est celui qui a commencé sa prière en retard derrière un imam et qui doit rattraper ce qu’il a manqué avec celui-ci. Si celui qui entre dans une mosquée aperçoit un masbuq rattrapant son retard, il ne doit pas le prendre comme Imam].
  8. L’Imam ne doit pas être séparé des fidèles par un rang de femmes.
  9. Il ne peut pas en être séparé non plus par une rivière sur laquelle circule des bateaux
  10. Ni par une route sur laquelle circule des voitures
  11. Ni par un mur qui les empercherait de suivre ses mouvements; toutefois, cette dernière interdiction est caduque si le mur n’empêche pas les fidèles de suivre l’Imam, soit parce qu’ils le voient soit parce qu’ils l’entendent.
  12. L’Imam ne peut être à cheval quand ceux qui le suivent sont à pieds, ou qu’ils sont montés sur une autre monture que lui.
  13. L’Imam ne peut se tenir sur une barque et ceux qui le suivent sur une autre barque que la sienne sans que les deux ne soient attachées [entre elles].
  14. Celui qui prie derrière un Imam ne peut admettre que son Imam ne soit pas ablutionné eu égard aux obligations de sa propre école [exemple un hanafite placé derrière un imam shafi’ite qui aurait eu un écoulement de sang ou un rejet de bile et n’aurait pas refait ses ablutions, puisque cela n’invalide pas son ablution dans son école].

Celui qui est ablutionné peut être derrière celui qui a fait le tayammum ainsi que derrière celui qui a fait la friction (mash) des bottines (Khuff) ou d’un pansement. Celui qui prie debout peut prendre pour Imam une personne assise ou un bossu. Celui qui prie en faisant uniquement des mouvements de tête (munin) peut prendre pour Imam celui qui est dans la même situation que lui. Celui qui prie une sunna, peut prier derrière celui qui prie une prière obligatoire. Et s’il lui apparaît que la prière de son Imam n’est pas valable, il lui faut la recommencer.

L’Imam doit, dans la mesure du possible informer les personnes ayant prié derrière lui qu’ils ont à recommencer leurs prières [s’il s’aperçoit que sa prière n’était pas valable].