1

Nous allons traiter ici quelques questions et remarques souvent répétées à notre époque concernant le Taqlid (suivi d’une école).

Pourquoi devrais-je suivre les avis d’une seule personne ?

Pour commencer, sachez mes frères et sœurs que les fondateurs des écoles ne sont pas « des personnes » comme vous et moi mais qu’ils sont les plus grands savants que l’Islam ait jamais connu. En plus de leurs connaissances colossales et de leur immense piété, certains de ces Mujtahidoun ont été annoncés par le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) lui-même dans des hadith authentiques et reconnus de tous. Ils sont également les héritiers du savoir des compagnons. Qui aujourd’hui peut sérieusement avoir la prétention de mieux comprendre l’Islam qu’une personne ayant vu des compagnons de ses propres yeux (comme L’Imam Abu Hanifa) ou ayant appris l’Islam directement auprès des enfants des compagnons (comme L’Imam Malik) ? Sachez aussi que suivre une école ce n’est absolument pas suivre l’avis d’un seul homme, mais c’est suivre le travail acharné de milliers de savants depuis 14 siècles. En effet, suivre une école ce n’est pas suivre les conclusions de son fondateur mais c’est suivre sa méthodologie avant tout.

Il est tout de même intéressant, et triste de remarquer que ceux qui tiennent ce type de discours font eux-même le Taqlid (imitation) de leurs prétendus savants du 21 siècle …

On rapporte de Abd Allah Ibn Mas`ud (ra) les propos suivants :  « Regardez ce qui est ancien, original et pur ».

La Oumma toute entière depuis 14 siècles a toujours suivi les quatre écoles qui font autorité, et il est quasiment impossible de trouver dans l’histoire un savant qui n’adhère pas à une école. Vous pouvez regarder les savants dans toutes les disciplines (tafsir, science du hadith, fiqh, usul …) vous n’en trouverez tout simplement pas ! Même les plus grands maîtres ont adhéré à une école et se sont fait tout petits devant les quatre écoles qui font autorité en Islam. Ainsi, mes frères et sœurs, soit les savants sont dans l’erreur depuis 14 siècles, ce qui est bien entendu inacceptable, soit c’est nous qui au 21 ème siècle avons un problème et un orgueil nous poussant à réinventer notre Din. Qu’Allah nous en préserve et vous en préserve.

S’il y a plusieurs écoles, alors qui suit le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) ?

De tout temps et même lorsque le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) était parmi nous, les musulmans divergeaient sur certains points ne relevant pas des piliers de l’Islam. En effet, le Prophète dit : « La différence de ma communauté est une miséricorde » (Al-jâmi’ li ahkâmi al-qurân d’Al-qurtubî et As-sayûtî dans al-jâmi’ as-saghîr). Le grand savant Mauritanien Shaikh Murabit Al Hajj nous dit dans sa fatwa sur le sujet : « Celui qui suit un savant de la religion (‘âlim), Dieu ne lui reprochera rien le jour du jugement ».

De nombreux textes prouvent cette possibilité naturelle de diverger (entre savants Mujtahidoun) :

« Un jour de guerre, le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) s’adressa aux compagnons qui allaient faire le voyage pour rencontrer l’ennemi, en leur disant :  « Vous ne ferez la prière de ‘Asr qu’au village de Banû Qurayda » Chemin faisant, et voyant que le soleil allait bientôt se coucher, une partie des compagnons a interprété (compris) la parole du Prophète (saw) comme une indication qu’il fallait que la prière de ‘Asr soit accomplie avant l’arrivée au village et ils ont alors accompli cette prière de suite. L’autre partie a compris qu’il ne fallait faire la prière de ‘Asr qu’une fois au village ; et ils sont arrivés très tard la nuit à ce village et y ont accompli la prière…  Les compagnons étaient très embarrassés et de retour chez le Prophète (paix et salut sur lui), il donna raison aux deux parties et accepta les deux interprétations » (Al Bukhari).

Ainsi, les avis des écoles sont tous justes, car émanant de savants Mujtahidoun, ayant la capacité d’interpréter comme se fut le cas des compagnons. Craignons Allah et ne changeons pas la religion d’Allah en prenant des positions nouvelles et récentes et en rejetant les positions de ceux qui détiennent le savoir authentique.

Pourquoi ne pas suivre tout simplement « l’école des Musulmans » ?

Cette question rejoint la question précédente concernant le fait que la divergence est possible et a toujours existé. Nous sommes tous Musulmans, quelque soient les avis que l’on décide d’adopter. De la même manière qu’il existe plusieurs courants de pensées dans quasiment toutes les disciplines, il existe en Islam plusieurs écoles de Jurisprudence dans lesquelles la divergence ne concerne pas les piliers de la religion. Ces idées naïves, et « universalistes » n’existent que dans la tête de ceux qui s’en réclament. Sachez mes frères et sœurs, que suivre une école ce n’est pas se limiter mais c’est suivre la méthodologie des compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux). En effet, les compagnons aussi divergeaient sur de nombreux points (du fait du contexte dans lequel ils se trouvaient, ou tout simplement de leur méthodologie), et c’est cette divergence qui donnera naissance aux écoles. L’unité ne veut pas dire l’uniformité et la divergence est une bénédiction d’Allah comme nous l’a enseigné le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allah soient sur lui).

Ceux qui se servent de la parole des quatre Imams pour interdire le suivi d’une école :

On entend malheureusement de la bouche de beaucoup d’ignorants de notre époque que les quatre Imams (qu’Allah leur fasse miséricorde) auraient eux-mêmes interdit de suivre une école. Pour appuyer leur thèse ces individus citent souvent les paroles suivantes :

Abu Hanifa a dit : « Il est interdit d’utiliser mes paroles sans connaître la source de ces paroles »

Shafi’i a dit :  « Celui qui refuse une parole prophétique, je ne suis nullement responsable de lui dans ma vie et après ma mort »

Malik a dit :  « Nous sommes des humains, il se peut qu’on dise une parole aujourd’hui et que l’on revienne dessus le lendemain »

Tout d’abord, la première chose que l’on constate en lisant ces « preuves », c’est l’orgueil démesuré de ces individus. En effet, le fait qu’ils partagent ce genre de paroles (« Celui qui refuse une parole prophétique ») sous entend qu’ils auraient eux compris la parole d’Allah et/ou de son Messager (que Le Salut et La Paix d’Allah soient sur lui), alors que les plus grands imams de notre histoire se seraient « trompés ». La deuxième chose à comprendre c’est que ces Imams lorsqu’ils prononcent ce genre de parole ne s’adressent pas au commun des musulmans, mais ils s’adressaient à leurs élèves qui étaient eux mêmes des Mujtahidoun … Comment se peut-il que la Oumma soit dans l’ignorance totale depuis 14 siècles et que « nos sauveurs » viennent nous réexpliquer l’Islam, aujourd’hui au 21 ème siècle ? Ceux qui pensent sincèrement ce genre de choses doivent s’interroger …

Notons que la manipulation des textes et des paroles des anciens est devenue un art chez différents groupes de notre époque, il convient donc d’être sur ses gardes afin de ne pas s’égarer.

Il faut également garder à l’esprit que nous sommes maintenant dans l’époque de la fin des temps et que l’éloignement des Musulmans du savoir et de la spiritualité de nos Pieux Anciens s’explique aussi par cela. Restons forts et attachés à l’Islam pur, en cette époque où la religion d’Allah est attaquée de toutes parts, de l’intérieur comme de l’extérieur.

D’après ‘Abû Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui)), le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) a dit : « L’islam a commencé comme quelque chose d’étrange et il redeviendra comme quelque chose d’étrange, Alors annoncez la bonne nouvelle aux étrangers, Ceux qui remettent droit ce que les gens ont corrompu». (Mouslim dans son Sahih, Sahih Al-Jami‘ et dans Sahih Sounan Ibn Majah et par d’autres rapporteurs).