Question : Existe-t-il une sunna quant à la façon de s’habiller ? Certaines personnes revendiquent le fait que s’habiller comme les gens de l’endroit où l’on vit se rapproche plus de la sunna que la supposée tenue traditionnelle (sunna). Quelle est la tenue vestimentaire la plus proche de la sunna pour les personnes vivant en Occident ?

 

Réponse : As salamu ‘aleycom

Affirmer que la sunna de la tenue vestimentaire est d’adopter la tenue des personnes de la région où l’on vit est authentique. Il est aussi exact de dire que la sunna était de porter un turban, un pagne, des sandales…

 

Différentes compréhensions de la « Sunna »

Les deux affirmations mentionnées dans la question sont exactes puisqu’elles sont toutes deux liées à l’une ou l’autre des significations du terme « sunna ».

Linguistiquement, la sunna défini le chemin qui est emprunté. D’un point de vue technique (celui qu’utilisent les juristes), la sunna est ce qui définit ce que le Prophète ﷺ a fait de façon continuelle sans en interdire la non réalisation.  La définition technique de la sunna se divise en deux :

  • La sunna liée aux habitudes et aux coutumes (al-zawa’id/aada)
  • La sunna liée à l’adoration ‘ibada)

Les juristes disent clairement que la tenue vestimentaire adoptée par le Prophète ﷺ fait partie du premier type de sunna cité ci-dessus et non au deuxième. C’est-à-dire que la façon dont s’habillait en général le Prophète ﷺ n’était pas fait dans le but de décréter une règle légale pour la communauté ni d’affirmer qu’il était obligatoire de s’habiller de cette façon en particulier. Mais plutôt, la tenue prophétique était en général le reflet des coutumes vestimentaires de son peuple. [Sadr al-Shariah, al-Tawdih (2:248-251); Ibn Nujaym, Bahr al-Ra’iq (1:29)]

Ceci peut clairement se démontrer lorsque l’on regarde la tenue des arabes à l’époque préislamique et des arabes (tant musulmans que non-musulmans) pendant la vie du Prophète ﷺ. Tous portaient des vêtements similaires tels que le izar, rida’, riyat/khimar, ni’al et le burd.

En d’autres termes, le caractère général de la tenue prophétique était en accord avec la tenue du peuple. C’est-à-dire que puisque que la sunna s’applique au fait que le Prophète ﷺ réalisait une chose de façon continuelle – soit en tant qu’acte religieux ou par habitude – on peut dire que sa sunna était de porter des sandales, une cape, une taqiyah… Mais cette sunna habituelle était en accord avec les habitudes vestimentaires générales de son peuple : les arabes. Par conséquent, on peut dire que la sunna prophétique est de s’habiller en accord avec sa terre et son peuple.

 

Exceptions et principes liés à la tenue vestimentaire

En plus de ce qui a été mentionné plus haut, la tenue du Prophète ﷺ différait à plusieurs égards de celle de ses prédécesseurs et de ses contemporains.

Par exemple, le Prophète ﷺ a clairement défini le concept de « nudité » (awra) : parties du corps que toute personne moralement responsable de sa communauté doit au minimum couvrir. Certaines matières comme la soie ont été interdites dans certaines quantités.  Il y a eu une mise en garde quant au fait de laisser trainer ses habits (sous les chevilles), ce qui était courant chez les soldats et les dirigeants durant la période préislamique, et a été interdit lorsque cela est fait par orgueil. Le Prophète ﷺ a aussi inclue à sa tenue des éléments qui distinguait sa communauté des autres, dont les règles se réfèrent au concept d’imitation.

La majorité des exemples cités ci-dessus sont relatifs aux règles de la tenue vestimentaire. En effet, puisqu’ils sont liés aux règles légales de la tenue vestimentaire, ce sont précisément de tels principes qui ont pris la place la plus importante dans de nombreux textes légaux.  Autrement dit, la guidance prophétique concernant la tenue vestimentaire ne stipule aucune forme spécifique de tenue qu’une personne serait obligée de porter en tant que pratique religieuse. La guidance qui nous a été transmise est pour la plupart liée à des règles générales de la tenue vestimentaire. Le Mufti Taqi Usmani nous explique cela en disant :

« La loi a accordé une grande flexibilité à ce niveau puisque cela est lié aux règles légales de la tenue. Cela n’a pas rendu nécessaire à la communauté d’adopter une forme spécifique de tenue contrairement à ce qui est interdit. Mais plutôt, l’Islam a fixé des règles générales relatives à la tenue vestimentaire, et a donc autorisé aux gens de porter quelque type de vêtements qu’il soit tant que cela reste conforme à ces règles.

Cette flexibilité se trouve être en harmonie avec la diversité que présente l’humanité, car les hommes ont été créés avec des races et des langues différentes et avec des pratiques culturelles uniques. Tel qu’Allah ﷻ l’a dit :

« Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs » (30 :22)»

 

Le Libas al-Shuhra

Il faudrait également noter qu’il existe d’autres aspects de la sunna que les juristes ont compris ; puisqu’ils ont établi le caractère détestable de s’habiller de manière contraire aux habitudes vestimentaires du pays où l’on vit, à moins qu’il n’y ait un besoin qui nécessite d’agir ainsi.

Selon les savants, le caractère détestable se réfère à une façon de s’habiller dont la cause est la notoriété /se démarquer inutilement des autres (libas al-shuhra). Le Prophète ﷺ a dit : « Celui qui porte un vêtement extravagant et qui attirent trop l’attention dans ce monde, Allah lui fera porter un vêtement d’humiliation dans l’autre monde ». [Abu Dawud, al-Sunan (#4029)]

A la lumière de sa tradition et d’autres, on a rapporté que l’Imam Ahmad a conseillé à une personne qui portait un type de un manteau particulier de « s’habiller comme les gens de son pays » en ajoutant que si cette personne se trouvait à la Mecque ou à Médine, il ne lui aurait pas conseillé cela puisque le manteau qu’il portait relevait là-bas de la coutume. [Ibn Muflih, al-Adab al-Shar‘iyya (3:497)]

De même, Ibn Battal a mentionné que « à une époque donnée, une personne doit s’habiller selon sa terre, tant que cela n’entraine pas de péchés puisque s’habiller de façon contraire (aux habitudes vestimentaires du pays) constitue une forme de notoriété ». [Ibn Battal, Sharh al-Sahih al-Bukhari (9:123)]

L’Imam al-Saffarini a déclaré : « Les gens devraient s’habiller en fonction de la tenue locale pour ne pas être montré du doigt par les gens » [al-Saffarini, Sharh al-Manzuma al-Adab (2:161)]

Il est indiqué dans le Mawsu‘a al-Fiqhiyya que : « s’habiller de façon contraire aux coutumes d’un peuple n’est pas apprécié car cela implique la notoriété, à savoir se démarquer des autres inutilement et être pointé du doigt ». [Mawsu‘a al-Fiqhiyya al-Kuwaitiyya (6:136-37)]

Ces opinions sont toutes basées sur de l’enseignement Prophétique, elles sont donc tirées de la guidance Prophétique. Bien sûr, il faut noter qu’une tenue particulière qui va causer la notoriété va changer en fonction de la région, dans certaines villes caractérisées par un fort multiculturalisme par exemple, les gens sont habitués à voir des personnes de différentes origines, chacune marquée par sa propre tenue vestimentaire.

 

Conclusion

Pour conclure, les informations données ci-dessus démontrent clairement que les anciens savants voyaient la façon de s’habiller comme devant être en accord avec le pays où l’on vit et son peuple, comme l’impliquent la guidance Prophétique, tant que les règles générales liées à la tenue vestimentaire que la religion prescrit sont respectés.

Il y a aussi de nombreuses autres précisions relatives à ce sujet qui ne peuvent pas être mentionnés ici, il n’est pas inexact de déclarer que la guidance Prophétique et la pratique Prophétique étaient de s’habiller selon la pratique coutumière d’un peuple.

Dans un contexte occidental, la sunna générale et les principes du Prophète ﷺ peuvent être respectés en portant un pantalon, des chemises… La chose la plus importante étant de s’assurer que les principes liés à la tenue vestimentaire établie par la shariah sont respectés.

 

Wassalam,

[Ustadh] Salman Younas

Vérifié et approuvé par Shaykh Faraz Rabbani